éditions Le Limon
________________________________________________________________________________________________________________________
actualités
auteurs
littérature
Vendredi 13 avril 2012, à 18h30
Lecture-rencontre avec Patrick Chavardès, écrivain et éditeur.
La Maison Jules-Roy accueille en résidence Patrick Chavardès. Il y rencontrera le public pour une lecture d'extraits de son dernier livre, et d'un monologue intitulé "Hors-saison", inspiré de Georges Bataille. Ce texte paraîtra dans le prochain numéro de la revue Contre-Attaques.

Maison Jules Roy, Le Clos du Couvent, 89450 Vézelay
(tél : 03 86 33 35 01 et courriel : mjroy@cg89.fr)


Mercredi 11 avril 2012, à 21h
La radio Radyonne accueille Patrick Chavardès,
dans l'émission littéraire "Wagon-livres" de 21h à 22h.
L'émission peut s'écouter sur le 90.5 fm ou en direct via Internet sur www.radyonne.fr.
Après diffusion, l'émission sera disponible en podcast sur le site de Radyonne.

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Vient de paraître, dans notre collection veille :

"Pour en finir avec la mort des poètes" de Alain Jugnon

Il faut arrêter. Arrêter de dire et de penser ça. Les poètes ne meurent pas fous. Par exemple, Nietzsche n’est pas mort fou, il est mort Nietzsche, corps de Nietzsche. De la même manière, Isidore Ducasse, le comte de Lautréamont, n’est pas mort fou, il est mort Ducasse, corps de Ducasse. Antonin Artaud, le Momô, n’est pas mort fou, il est mort Artaud, corps d’Artaud.

Les corps des poètes suent la vie. Et quand les poètes meurent, ils sèchent. Voilà tout. Les corps des poètes poètent jusqu’à leur dernier souffle de vie pulmonaire. Ces corps-là : corps de Nietzsche, corps de Ducasse et corps d’Artaud. C’est ce qu’il faut démontrer.
(extrait)

Format : 13 x 20 cm, 110 pages, 13 €, ISBN 978-2-9541466-0-7

 

 

accueil
philosophie
contact