Robert Guillermet
________________________________________________________________________________________________________________________
spasmes

La plume m’échappe ici. Difficile quand on a encore un clou dans la main de raconter sa crucifixion. Le mot est un peu osé. Il existe des modifications externes du corps provoquées par la maladie, l’accident, la vieillesse. La description des modifications internes résiste davantage. La plume doit apprendre la prudence, la précision. Ne pouvant fuir par l’extérieur, j’ai fui dedans.

Il s’agit d’une longue reptation qui laissa flotter mon visage et mes membres au vent. Moi se réfugia tout entier dans mes poumons. L’air entretint la vie dans ce gigantesque appareil qu’est le corps humain et moi se contint là, et par assaut dans le sexe, où il s’égarait en spasmes.

Spasmes


Format 11 x 19 cm, 71 pages, 15 €, ISBN 978.2.9527889.4.62,


Robert Guillermet nous livre ici un texte plein de raccourcis violents, écrit dans un style vivant et crû. A travers le jaillissement de ces souvenirs d’enfance, nous lisons «tout ce qui tombe», l’émouvant le cruel et le sordide.

Pas de place pour respirer, pour joindre, «rien» n’est sauvé. L’enfant comprend dans sa solitude l’étrange catastrophe de s’être quitté, de «se sentir comme un arbre… à merci».

 

 

accueil
littérature
philosophie
auteurs
contact
actualités